" />

CORRIDA PASSION de jeanmi64

05 juillet 2015

CORRIDAPASSION EN VACANCES !

 

st_florent_033_small

 

Corridapassion va fonctionner au ralenti jusqu'à la fin juillet. Mais avec les infos essentielles, et une parenthèse à Céret avec, je l'espère, de belles images.

Mais le retour s'annonce marathonien : Azpeita, Bayonne, Soustons, Dax, St Sébastien, Mimizan, Bilbao, St Perdon......Un mois d'août chargé !

Alors à bientôt, et bon toros pour tous ceux qui auront la chance d'aller aux corridas ce mois-ci !

.

Posté par jeanmi64 à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juillet 2015

UN AUTRE AVIS SUR JOSE TOMAS, PAR EL CORBINO

Un autre avis sur … José Tomas!

Il y a quelque temps de sévères commentaires sur José Tomas, quoique nuancés je le reconnais, s’exprimaient.

Avec tout le respect que je dois à leurs auteurs que je connais bien, je refuse que l’on me dise que je suis « un phénomène de mode » et de me faire traiter de « bobo(s) ». Certes il est reconnu que José Tomas est « un maestro exceptionnel, un torero d’époque », mais que lui est-il donc reproché ?

D’abord de ne se montrer que parcimonieusement, voire avaricieusement, puis surtout de ne pas se confronter aux autres toreros, aux étoiles montantes de la tauromachie, donc plus jeunes ! Voilà donc ce pauvre José rangé dans la « naphtaline » comme ces « toreros dont les tempes grisonnantes ou les implants trahissent les vingt ou vingt-cinq ans d’alternative ». Le grand Ponce doit se sentir mal dans ses zapatillas !

Non Tomas n’est pas un mythe, une légende ! Il est bien vivant ! Le plus grand ? Il ne s’agit pas de cela. D’ailleurs qu’est ce que cela veut dire ? Ya t-il un plus grand ? Il y a des grands, des toreros d’exception, tous différents. Mais peut-on le « mesurer » à l’aune des autres ? José Tomas est à part. C’est un extraterrestre qui redonne à la corrida son sens spirituel, quasi mystique, aujourd’hui disparu. Certes la corrida est un spectacle au sens étymologique du terme, mais elle ne devrait pas être que cela, sous peine de retomber dans le prosaïsme le plus plat. La corrida ne se justifie que par cet enjeu « sacré », ou simplement philosophique, qui remonte à la nuit des temps, celui de la vie et de la mort. Beaucoup de toreros jouent sincèrement leur vie. José Tomas va plus loin en se désincarnant, tout en étant paradoxalement vivant. « Les jours de corrida je laisse mon corps à l’hôtel », a-t-il dit.  Il est bien sûr un être humain, et il connaît de moins bonnes réussites, voire des échecs, mais lorsque la réussite est là il touche au sublime, avec ce supplément d’âme que nul autre n’a atteint. On y est sensible ou pas. «…c’est à l’appréciation de chacun. Question de vibrations et de ressenti ». Oui!

Qui n’a pas eu la chance d’assister à son encerrona de Nîmes le 16 septembre 2012 ne peut pas comprendre mes propos. Quelques 14000  «bobos» ont vécu là un évènement majeur de leur vie taurine !

Je ne peux résister au plaisir de rééditer l’article que j’avais écrit en son temps sur cette mémorable matinée, accompagné de quelques photos.

                                                                                              El Corbino

L'article d' El Corbino sur cette matinée :

N_mes__le_16_septembre_2012_11h30_Les_Portes_du_Ciel

 

Et des photos :

4 Encerrona de Jose Tomas, Salut à la présidence Vendanges 16

5 Indulto 1, Capote 1, José Tomas, , Ingrato toro de Parladé ,Nîmes Vendanges 16

11 Indulto 6, Le chemin de la liberté, José Tomas, Ingrato toro de Parladé, Nîmes Vendanges 16

14 Indulto 8, Le Triomphe, José Tomas, Ingrato toro de Parladé, Nîmes Vendanges 16

 

Toutes les photos d'El Corbino sur cette grande matinée sur l'album photo en diaporama :

http://www.corridapassion.fr/albums/jose_tomas_a_nimes_par_el_corbino/index.html

 

Posté par jeanmi64 à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

GARLIN

Capture

Posté par jeanmi64 à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2015

LES TOROS DE BAÑUELOS

Visite chez Banuelos pour voir les toros qui sortiront  cette temporada : Eauze, Bayonne, Dax, Bilbao, Madrid en octobre. Et les novillos qui sont prévus pour sortir en corrida en 2016.

Images :

Eauze

DSC01430

DSC01435 eauze

DSC01437

Bayonne

DSC01440

DSC01442

DSC01443

DSC01465

Madrid

DSC01468

 

Les 3 ans

DSC01481

DSC01490

 

 

 

 

Posté par jeanmi64 à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RETOUR SUR ISTRES, PAR EL BIGOTES

 

ISTRES

 

Vendredi 19 juin, samedi 20 et dimanche 21 à Istres

Que retenir ?

Un mistral omni présent les deux premiers jours. Un mistral à ne pas mettre un toro dehors et pourtant des arènes pleines, des anti excités par le vent et emportés par lui.
Des toreros venus pour fédérer le public et Morante de la Puebla incompris dans son attitude   a été gratifié d’une bronca magistrale.

Mais aussi deux perles finement émaillées de triomphes, Thomas Joubert et  Alberto Lopez Simon.

Autour d’eux les prestations de Juan Bautista, de Julian Lopez et de Talavante, le retour de Denis Loré que ses adversaires ont privé de réussite, le convalescent Fandino et la tauromachie sénatoriale d’Enrique Ponce.

 

Les toros ne furent que partiellement  au  rendez-vous.
Que de cornes suspectes, que de faiblesses congénitales.

Le lot des Victorino, décevant, faible  et de vilaine présentation, la ganaderia d’El Pilar avec El Sospechoso en numéro 3 pour le triomphe de Thomas Joubert, les Zalduendo pour le duende d’Enrique Ponce et d’Alberto Lopez Simon et les Garcigrande pour le mano à mano de Morante et El Juli.

 

Vendredi, lot très décevant de Victorino Martin, petits, sournois, souvent les cornes en guidon de bicyclette, vent violent, situation impossible où les toreros se disent que survivre est déjà une victoire.

Un seul picador en piste
Juan Bautista  malgré sa bonne volonté ne put rien. Ivan Fandino, revenu de son échec de Madrid , croisé à souhait,  est resté trahi par son épée.

 

Samedi, corrida française, banderilles bleu blanc rouge et ouverture du paseo avec  la voix du baryton Frédéric Cornille.
La Marseillaise illumine les arènes, aux armes citoyens, notre culture est ancrée dans nos sillons, puis Carmen.
Séville à Istres, Istres dans le monde taurin.

 

Que n’ai-je de mémoire pour me rappeler le professionnalisme de Denis Loré qui se croise, qui se bat, qui après huit ans d’absence n’a pas pris une ride mais qui a du mal à retenir un toro qui s’enfuit. Il pinche puis 3 descabellos. Salut au tiers.

Son second toros est plus difficile. Denis Loré l’emmène au centre, belle mise en suerte. Maxime est aux banderilles.

Mais la corne gauche est dangereuse. Denis Loré abrège d’une belle estocade. Silence.

 

Juan Bautista, costume argent et pierre de fusil récite ses gammes, l’orchestre s’époumone. Plusieurs changements de mains sur la corne gauche. Le public applaudit.
3 circulaires inversées et une estocade à récibir pour que tombent 2 oreilles.

Le second est plus difficile. Une seule pique .Il reçoit le toro par une larga afarolada de rodillas. Souvent Juan Bautista fonctionne par éclats.
Aujourd’hui son éclat est terni par un vent mauvais.
Il jette son épée et l’orchestre la ramasse en musique ;

Il se défait de ses 2 zapatillas  mais ne lace le toro.
2 épées,  un descabello et salut au tiers.

 

Et puis Sospechoso, un negro mulato de 560 kg. En face, à côté devrais-je dire,  un jeune homme d’alternative vêtu, au sourire fragile qui appelle le toro, l’enveloppe dans sa muleta, lui donne un tempo étrangement lent sur lequel l’arène s’arrête.
Temps suspendu, temple  et autorité.

En ce samedi, comme un culte,  une   homélie tauromagique.

Belle épée en deux temps. Deux oreilles tombent du palco.
Et pour Thomas elles sont une pluie  d’encouragements.

Ma voisine blessée lors d’une sévillane lui jette sa canne. Thomas qui n’en a plus besoin la lui retourne  en miraculé.

 

Dimanche à 11 h30, les arènes sont chaudes, le vent plus faible.

Toros de Zalduendo pour Enrique Ponce, Alejandro Talavante et Alberto Lopez Simon.
Istres n’est plus à Istres, Il y  dans ces arènes Valencia, Badajoz et Madrid.

Ponce en costume gris perle emporte son toro par doblones au centre. Le vent et l’air marin lui ont  redonné cette jeunesse  que 25 ans d’alternative lui avaient fait perdre.
Ponce des grands jours. L’orchestre ne se trompe pas.  Don Rodrigo  au pupitre pour le concerto d’Aranjuez.
Enrique Ponce à la recherche du toro parfait, celui qui s’accorde à sa tauromachie et au concerto.

Ponce impérial qui sait habiller les temps morts, qui salue l’orchestre  et se prépare à l’estocade.
2 descabellos lui font perdre l’oreille.
Il la retrouvera à son second toro.

 

Talavante reçoit son toro pieds joints. Conduit sa faena  de belle manière. Autorité par statuaires. Puis main gauche  détachée  mais le toro s’éteint. 2 descabellos et salut au tiers.

Son second toro est sans intérêt pour lui , il abrège  et place sa troisième estocade au point de croix.

 

Venu de Madrid après blessure et voyage manqué à la Brède,  Alberto  Lopez Simon en blanc argent  brinde au centre  et conduit son toro au centre. Il y a du classique en lui et de l’insouciance.
Le sable d’Istres est pour lui une répétition de celui de Madrid.
Le toro passe au millimètre. Comme pour Thomas Joubert la lenteur s’impose. Elle est fille de douceur et d’élégance. Les aficionados se regardent. Le toro  et le torero se reconnaissent.
Qui  donne la passe ?  La musique accompagne ces passes.

L’épée est légèrement de travers mais deux oreilles tombent du palco.

Puis vint Zarando,  toro noble negro de 500 Kg  que Lopez Simon reçoit au centre par 5 cambiadas, pieds joints et le noble toro reconnaissant va le suivre tout au long d’une faena qu’il voulutt sans fin.
L’arène debout le regarde  avec les yeux de Chimène.

Faena parfaite jusqu’à oublier le temps que seul le sablier des arènes nous rappelle.

L’indulto est au bout du voyage. Justifié ou non, la page écrite par Alberto Lopez Simon sur le sable d’Istres se devait d’avoir, au campo, une suite.

 

Dimanche après-midi dernière corrida.  Toros  de Garcigrande et Hernandez.

Que dire ?

Un Juli toujours aussi conquérant qui au sixième donna le tournis à son  toro. A droite, à gauche, au-dessus, en dessous, la faena est une interprétation magistrale de  Carl  von Clausewitz.
Après de telles séries, l’indulto ne peut être que refusé par le toro.
Le sorteo réserva à Morante de la Puebla le lot le plus exécrable. Après une voltereta au premier, le maestro ne distilla que quelques passes de capote, pieds nus, cheveux en bataille  comme pour se rendre à l’échafaud  et abrégea sans donner une passe de muleta à son troisième toro.

Torero sincère pour rester artiste ?
Il s’en fut sous une bronca mémorable.

 

AR

Alias El Bigotes

FullSizeRender 2IMG_3676

 

FullSizeRender

FullSizeRender3

FullSizeRender4

(photos de l'auteur)

 

 

Posté par jeanmi64 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2015

VIDEO ADAME A BURGOS : FAENAS ET CORNADA

 

 Comme annoncé la vidéo de la grande tarde de Joselito Adame dimanche à urgos, malheureusement ternie par sa cornada finale.

Merci à Emilio Mendez ( suertematador.com)

Triunfo de Joselito Adame en el Coliseum de Burgos, 28-jun-2015 from Suerte Matador TV on Vimeo.

Posté par jeanmi64 à 11:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]